Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Virginie Maillard

Simplement séduite 

Delaroche martyre

 

 

 

 

Paul Delaroche,
La Jeune Martyre, 1855,
huile sur toile, H. 1,71 m. ; L. 1,48 m,
Paris, Musée du Louvre.

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul Delaroche est un peintre du mouvement "romantisme". Une periode que je connais peu. Et pour cause d'habitude mon regard s'arrête sur des peintures de Dali, l'un de mes préférés. La différence entre un Dali et un Delaroche : un fossé immense. Le premier peint des thèmes complètement ubuesques. Le second, Paul Delaroche s'attache à parler de religion et de mort. Deux peintres différents. Deux époques aux antipodes. Et pourtant je suis submergée de multiples émotions en regardant cette toile au Musée du Louvre. Elle respire la terreur et l'amour.

Paul Delaroche  peint cette jeune blonde entourée des ténèbres pour exprimer le décès de sa fille. Cette jeune fille apaisée est allongée sur l'eau trouble. Au fond, j'aperçois un cavalier. Mais les spécialistes y voient un homme avec une femme. Sûrement la représentation des parents de la défunte. A chacun son interprétation sur le moment. Toutefois, la peinture a beaucoup vieilli, le temps a assombri la masse noire. A l'origine, on distingue davantage les détails, comme les parents et la barque. Je pense que le temps a donné une deuxième vie au tableau. J'ignore si j'aurai aimé autant le jeune tableau ? Mon compagnon, un peintre, dit toujours : "Les choses sont plus belles quand elles sont vieillies ou abîmées". J'avoue que sur cette toile, c'est le cas !

 

Le tableau à l'origine

delaroche martyre jeune

Virginie Maillard

DelarochePortrait   

 

 

Pour en savoir plus sur le tableau  

 

Sur Paul Delaroche

 

 

Commenter cet article