Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Virginie Maillard

Créteil

Le personnel de l'intitut pour enfants autistes en grève


Virginie Maillard
| 08.09.2008
 
 

«DEPUIS AOÛT il n’y a plus de pilote dans l’avion », lance Dominique Chagrot, parent d’un enfant autiste de 13 ans et représentant des parents d’élèves à l’Institut de psychopédagogie appliquée (Ippa) installé rue Anatole-France à Créteil. L’établissement géré par l’association éponyme accueille une trentaine d’enfants autistes âgés de 4 à 14 ans. Aujourd’hui, la quasi-totalité du personnel est en grève pour dénoncer le licenciement d’après eux « non justifié et abusif » du directeur, Christian Perot. Des tracts seront distribués devant l’établissement pour expliquer leur mouvement.

« Se reposer sur une structure stable est indispensable »

« En cinq ans, nous avons changé cinq fois de directeur », s’énerve Sandrine Mignard, déléguée du personnel. La situation a dégénéré le 25 août dernier, jour de la prérentrée. « Sans direction, nous ne pouvons pas préparer les projets de l’année, s’agace Agnès Hardy, éducatrice spécialisée à l’Ippa. Nous avons passé la semaine ( NDLR : dernière ) à jouer aux cartes. » Toutefois, un responsable par alternance a été nommé, « il n’est jamais présent puisqu’il est déjà dans un autre institut ».

La situation « floue » de l’IPPA inquiète les parents d’élèves. Pour Marianne Masson, maman d’une fille autiste de 10 ans : « Elever un enfant autiste est compliqué et se reposer sur une structure stable est indispensable. » L’instabilité ne permet pas d’accueillir pour le moment de nouveaux enfants. « Quatre nouveaux devaient arriver le 18 septembre, confie Nathalie Sarfaki, psychothérapeute, nous avons repoussé leur arrivée au 9 octobre. Et, nous avons refusé deux enfants. On ne peut pas les accueillir dans ces conditions ! »

La présidente de l’association se borne à un commentaire succinct : « Je suis réservée sur cette affaire. » Selon le déroulement de la journée, la grève pourra être poursuivie demain.


Le Parisien

Commenter cet article